Cliquez ici pour voir l'extrait gratuit Débloquez l'accès à la vidéo complète en vous abonnant ou en achetant un pack de cours.

Scène urbaine a l'Aquarelle Episode 02

Dans la série des scènes urbaines, tu nous proposes l’exercice numéro 2 dans la progression. Et aujourd’hui, le sujet c’est ?

Le reflet.

Les reflets qu’on va exploiter après au final l’apothéose. Et là, les reflets sont des sujets importants quand il pleut en particulier.


Pour vous inscrire à un cours c'est ici.
Vous pouvez aussi choisir un Pack 6 ou 12 mois en cliquant ici.

help.png

Des questions sur les cours ? Cliquez ici.
Vous pouvez aussi participer à une démo.

nouveau-produit.png


Comparez nos formules en cliquant ici.
Parcourez ici les dernières créations des élèves

——Introduction

Yi bonjour.

Bonjour.

Dans la série des scènes urbaines, tu nous proposes l’exercice numéro 2 dans la progression. Et aujourd’hui, le sujet c’est ?

Le reflet.

Les reflets qu’on va exploiter après au final l’apothéose. Et là, les reflets sont des sujets importants quand il pleut en particulier.

Oui. Surtout le reflet de l’eau.

Le reflet de l’eau. En tout cas, le sujet c’est un port. Tu as choisi un port.

Oui, j’ai choisi un port. Il y a 2 bateaux qui se garent sur le port donc un peu de couche de soleil. On voit la lumière, la transition de lumière chaude et froide.

Un beau travail sur la transition des couleurs et surtout le travail des reflets comme tu le disais. On y va ? C’est parti pour cet exercice ? Allez au boulot.

——Démonstration

On commence toujours par le petit rituel du matériel et du modèle. Vas-y.

Au niveau du matériel comme j’ai toujours préparé, 3 pinceaux à lavis, une grande taille, une taille moyenne et une taille relativement petite pour faire les petits détails. Et surtout, n’oubliez pas de préparer 2 pinceaux synthétiques, pas trop petits mais petit et moyen comme ça et avec une belle pointe pour faire les détails et surtout pour faire des matières différentes comme par exemple la façade, le flanc et tout ça et le bois.

Celui-là, ça donne beaucoup de matières et beaucoup d’effets que tu ne peux pas obtenir avec un pinceau à lavis qui est tellement souple qu’il ne laisse pas de trace.

Ok pour les pinceaux. Très bien.

Au niveau des couleurs, moi je choisis toujours Sennelier extrafine. Et puis au niveau des couleurs, je vais vous présenter un peu ma palette. La première, ça doit être du jaune de cadmium. La deuxième, c’est de l’ocre d’or ensuite la terre de sienne brûlée, terre d’ombre brûlée, orange Sennelier, rouge cadmium, carmin. Celui-là, c’est un rouge très foncé. Ça s’appelle cramoisie d’alizarine.

Ensuite j’ai un violet, n’importe quel violet, violet minéral, violet bleu peu importe. Et ensuite, terre neutre que je vais beaucoup utiliser pour remplacer le noir. Et pour les bleus, il y aura le bleu outremer français, bleu cobalt, bleu céruléum. Et ensuite il y a 2 couleurs dont je me sers très souvent comme bleu clair c’est-à-dire le bleu cobalt et le bleu cobalt foncé. Voilà les 2 bleu clair que j’utilise souvent.

Ça constitue essentiellement ma palette. Et le reste, il y a les bleus que je change de temps en temps en fonction du sujet et du désir. Des fois, j’ai envie d’essayer autre chose.

Le papier ?

Le papier, c’est toujours du papier Arches 300 grammes à surface torchon.

Du grain torchon de chez Arches.

Voilà, c’est ça.

Et de l’eau.

Et de l’eau.

Aujourd’hui on va rester dans l’esprit de continuité de l’exemple de la semaine dernière c’est-à-dire continuer dans la technique de lavis. Mais ce qui est un peu différent c’est qu’aujourd’hui, on va travailler différentes températures de couleur.

Si vous voyez cette photo, le ciel est relativement froid bleu. Et ensuite le coucher du soleil se reflète sur la surface de l’eau. Donc l’eau plus au loin est de couleur chaude tandis que l’eau plus proche au premier plan, le soleil ne brille pas.  Il est caché par le bateau donc la couleur devient froide. Il y a une espèce de lavis bleu froid jusque-là y compris la surface d’eau. Ici, c’est le lavis chaud. En plus, on continue sur du lavis froid donc froid chaud froid. Comment faire cette transition.

Intéressante. Et les reflets tu disais que les reflets c’était aussi le sujet.

Le reflet, c’est le sujet qu’on va traiter principalement. Et pourquoi le reflet ? C’est comme si tout à l’heure je vous racontais c’est pour analyser la lumière pour faire les reflets. Pour montrer la lumière dans l’eau, il faut absolument travailler les variations de température de couleur chaud et froid et surtout l’ombre qui est au bord.

Si vous observez bien l’ombre juste à côté des reflets ici, c’est toujours très contrasté. Il faut accentuer le contraste et mettre des couleurs plus chaudes ici et donc on aura un contraste de chaud et de froid, de foncé et clair. Ça crée un contraste et aussi les lumières et les reflets.

C’est clair.

On commence par le ciel le plus haut plus foncé et on descend petit à petit vers ciel plus clair jusqu’en bas à l’horizon. Et là, on voit que la couleur devient de plus en plus claire et aussi que la couleur devient plus en plus chaude. On continue avec cette couleur chaude pour travailler les surfaces et le reflet de l’eau. Jusqu’en bas, la couleur de l’eau redevient froid turquoise. La transition du lavis devient bleu marine, couleur chaude orange et ensuite à la fin, c’est de la couleur froide turquoise.

Pendant que le papier est encore mouillé, on peut rajouter quelques couleurs foncées pour travailler un peu les vagues, l’eau comme ça. C’est le meilleur moment pour travailler.

La première couche est construite. Vous voyez le dégradé, le bleu ciel. Au milieu, il chevauche jusqu’à la surface de l’eau. Ici, la couleur froide c’est-à-dire le bleu du ciel est transformé en couleur chaude en descendant. Ici, c’est la lumière de l’eau, le reflet du soleil sur l’eau. Et ensuite à cet endroit-là, ça devient bleu foncé.

Il est très important d’avoir une couleur chaude et claire ici pour travailler plus tard l’ombre du bateau. Si ici, ce n’est pas clair mais de couleur froide alors il n’y aura pas d’effet de lumière. Pour l’instant, on doit attendre qu’il sèche complètement pour continuer de travailler la deuxième couche.

Maintenant que le papier est sec, on va travailler la deuxième couche. On commence toujours par le paysage plus lointain c’est-à-dire ici les arbres derrière les bateaux et ensuite petit à petit on travaille sur le bateau. On descend progressivement l’ombre des bateaux et les reflets des vagues de l’eau.

Le paysage , on n’a pas besoin de le travailler trop en détail. On travaille juste en principe en montrant quelques silhouettes, un peu de nuance et c’est tout. Il faut juste travailler brièvement parce que ce n’est pas le but. Ce n’est pas l’intérêt de trop compliquer le paysage. Le plus important c’est l’eau, les reflets et lumières.

Quelquefois, vous pouvez écarter les poils du pinceau un peu comme ça pour faire les contours d’arbres de manière à ce qu’ils soient moins nets et donner quelque chose de plus naturel.

Vous voyez maintenant que l’ombre et reflet du bateau est presque terminé, il est extrêmement important de mettre plus de couleur foncée juste à la frontière du bateau et de son ombre. Ici cet endroit-là c’est le plus foncé et au niveau de l’ombre là où il y a de la lumière c’est-à-dire cet endroit-là c’est aussi très foncé. Par contre au milieu il y a plus ou moins de couleur chaude qui est un peu plus claire par rapport à l’extrémité ici, là et là. Comme ça, ça donne une transparence.

Maintenant que les couleurs ont un peu séchée, je me rends compte qu’ici c’est un peu trop clair donc pour accentuer la lumière ici je vais foncer un peu mais pour donner encore plus de lumière pour ça je vais appliquer la technique du glacis c’est-à-dire qu’on met une couche transparente, beaucoup d’eau et on passe très rapidement pour donner une couleur un peu plus foncée mais tout en gardant la sous-couche.

Là on est presque à la fin. Durant le travail on a perdu certaines lumières, les zones plus claires comme les bateaux etcétéra, dans cette dernière étape on doit ajouter un peu de blanc de gouache en le mélangeant à un peu de jaune aquarelle pour donner de la lumière en faisant ressortir le blanc qu’on a perdu.

Voilà. On peut dire que c’est terminé. Je suis plutôt content du résultat. Il est primordial la première couche de lavis c’est-à-dire qu’il fait 70% du travail encore une fois je le répète. On a fait un dégradé de bleu clair du ciel jusqu’au milieu un peu violet et on descend petit à petit jusqu’aux couleurs chaudes et vers la surface de l’eau et ensuite encore plus en bas la couleur de l’eau devient encore plus froide.

Il est très important de garder ici cette zone-là de couleur chaude pour donner les reflets de lumière, l’effet de contrejour.

Vas-y allez vas-y.

On va enlever le ruban pour voir ce que ça donne. Je suis content du résultat. La lumière ici est très belle. Le reflet et l’ombre c’est l’exercice qu’on devait travailler et c’est essentiel.

Voilà, super, magnifique. Je le dis à chaque fois mais regardez ça. Ça va comme tu le disais.

Oui.

Content de toi.

Je suis satisfait du résultat. Comme je l’ai déjà dit il faut avoir le projet dans la tête.

Il faut construire le projet et en fait pardon je repose ça, la complexité ?

L’exercice et sa complexité c’est souvent que lorsque tu commences, il faut savoir ce que je dois faire à la première étape, ce que je dois faire à la deuxième étape. Si on analyse le coucher du soleil et le reflet, la première étape c’est d’être capable d’enlever tout ce qui vous dérange c’est-à-dire les arbres et les bateaux comme s’ils n’existent pas et qu’il n’y a que le ciel et l’eau.

La première couche c’est le fond donc faire un dégradé de ciel froid de plus en plus chaud vers la partie éclairée de l’eau et de nouveau froid sur sa partie non éclairée. La couleur de l’eau devient encore plus froide au niveau de l’ombre du bateau.

Cette étape est très importante parce que l’aquarelle c’est quand même quelque chose de transparent surtout quand on travaille l’eau et ses reflets qui est également plus donc il est primordial d’avoir ce genre de construction et de réflexion de départ. Si jamais on passe tout de suite sans réfléchir, on se rend compte de nos erreurs souvent trop tard. C’est ça la difficulté.

C’est une bonne leçon pour vous. On y va ? Allez au travail.

Discipline
Aquarelle
Difficulté
Expertise
Genre
Les Applications
Style
Paysages

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.