Cliquez ici pour voir l'extrait gratuit Débloquez l'accès à la vidéo complète en vous abonnant ou en achetant un pack de cours.

Modelage d'un nounours

Cet exercice consiste à réaliser un petit nounours pour joindre l’utile à l’agréable. Le travail permet de faire un gros plan sur les gestes miraculeux du sculpteur tout en confectionnant une petite pièce sympa.


Pour vous inscrire à un cours c'est ici.
Vous pouvez aussi choisir un Pack 6 ou 12 mois en cliquant ici.

help.png

Des questions sur les cours ? Cliquez ici.
Vous pouvez aussi participer à une démo.

nouveau-produit.png


Comparez nos formules en cliquant ici.
Parcourez ici les dernières créations des élèves

Le matériel

Il faut prévoir de la terre, un support rigide en guise de socle, un petit couteau pour tailler la pièce, un ébauchoir pour sculpter les yeux, les oreilles et les autres parties du corps, une mirette pour travailler les parties difficiles d’accès et suggérer des fourrures, un fil à couper pour le dégager du socle à la fin.

Le nounours en pratique

Comme la terre se présente généralement sous forme de cube, il faut la prendre par petits morceaux en la coupant avec les doigts. Ensuite, le geste de base consiste à former des petites boulettes dans les paumes de la main avec une petite quantité de terre. Quelle que soit la structure, tout commence de la même façon.

Il faut constituer des petites boulettes avec des gestes serrés et bien les incorporer entre elles sinon de l’air va être emprisonné à l’intérieur et exploser à la cuisson. Au fur et à mesure, il faut faire monter la base en répétant le même procédé : serrer, glisser et surtout la soutenir. Pour travailler une sculpture en 3D, il faut tout le temps la tourner. Elle peut paraitre bonne d’un côté mais le risque d’erreur est très élevé au final. D’autant plus que cette méthode permet de garder un bon équilibre.

Comme l’ours est déjà stylisé, il faut maintenant constituer la tête, pas en posant simplement une boule mais plutôt en la reconstituant avec des petites boulettes écrasées. Même si le bras n’est pas détaché mais pris dans le corps, l’animal reste facile à reconnaitre et à travailler. Après la formation des cuisses, des oreilles, du museau et de la queue, le petit nounours commence à prendre forme. A ce stade, c’est l’esquisse qui a été réalisée.

Maintenant, il faut affirmer les gestes avec l’aide de quelques outils. L’ébauchoir permet de former l’emplacement de l’œil et de creuser les lobes. Après avoir rectifié le plan, les petites rayures faisant penser aux fourrures peuvent être suggérées avec une mirette. Les outils servent plus à la fin qu’au début. Le couteau doit être toujours bien nettoyé car en séchant, la terre peut y former des petites bosses susceptibles de gêner pendant le travail.

Le résultat final donne un petit nounours sympa. Pour le faire décoller, il suffit d’utiliser un fil à couper. Il faut le couvrir avec un sachet plastique pour qu’il ne sèche pas trop vite pendant une semaine. Ensuite, le temps de séchage final dépend de la taille de la sculpture, un mois pour celle-ci par exemple. Comme elle a été réalisée avec de la terre chamotte et qu’elle est assez petite, pas besoin de la vider. Mais pour une sculpture de grande taille, il faut obligatoirement la vider même si elle est réalisée avec une terre sans cuisson.

Discipline
Sculpture
Difficulté
Initiation
Genre
Les Bases Techniques
Style
Animaux
Durée de la Vidéo
17mn22

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir afin de la visualiser ou l’imprimer.