Les vidéos de Fred

Peinture sous vos yeux : Monotype à l'aquarelle avec Pierre Debroucker

Publié le : 19/11/2014 22:55:43
Catégories : Ateliers Rss feed

Une plaque de verre, de l'aquarelle extra-fine en tube, des spalters, du papier...

Voici Pierre Debroucker, aquarelliste connu sous le nom de Masmoulin. Pour voir son blog, faites un tour sur le web et tapez son nom sur les moteurs de recherche, il apparaitra tout de suite. Pierre est un grand bloggeur et un regroupeur d’aquarellistes. Vous allez le voir par vous-mêmes lorsque vous visiterez son site. Aujourd’hui, nous allons vous présenter une technique que très peu de gens connaissent : c’est le monotype à l’aquarelle. On dit « mono » parce que le tableau est unique. On peut le comparer à la lithographie avec un transfert mais on ne peut le faire qu’une seule fois. Ce qui est exceptionnel est que Pierre Debroucker, l’aquarelliste, fait des monotypes. Vous allez d’ailleurs le voir à l’œuvre dans notre démonstration.

 

Le matériel nécessaire pour faire un monotype à l’aquarelle

Avant qu’on ne commence, parlons du matériel pour réaliser un monotype à l’aquarelle. Le principal élément dont on a besoin est une plaque de verre épaisse. Celle-ci doit être biseautée pour ne pas se couper. Vous pouvez utiliser du plexi mais le résultat ne sera pas aussi bon. On va travailler avec des tubes de peinture. Quelquefois, on les applique directement sur le support sans pinceau. A priori, ceux de Winsor et Newton ne sont pas mal du tout et on en utilise d’ailleurs fréquemment. C’est bien de parler de marques de temps à autres même si on ne fait pas leur promotion.

Pour les pinceaux, j’ai un peu de tout que ce soit en termes de formes ou d’usage. On a par exemple les pinceaux mouilleurs, les spalters, ceux pour le dripping, ceux avec lesquels les coiffeurs et les esthéticiennes appliquent leurs teintures et leurs produits de beauté.

Concernant la feuille sur laquelle on va travailler, Pierre Debroucker utilise essentiellement du Montval en format raisin c'est-à-dire 50 cm x 65 cm. C’est un papier plutôt économique avec un grain fin qui réagit très bien à tout ce qui est humide. Les artistes, notamment Dominique Coppe, l’apprécient parce qu’il est très neutre. Avant, il y a eu pendant un moment une certaine réserve envers ce papier parce qu’il dégageait une forte odeur. Mais maintenant que ce n’est plus le cas, il est devenu un standard en matière de peinture. Le papier Rouge de chez Moulin du Coq en 300 ou 325 grammes est également très apprécié dans le milieu. Passons maintenant aux gros plans sur le monotype à l’aquarelle.

 

Focus sur le monotype à l’aquarelle

Dans sa palette, Pierre Debroucker a choisi un certain nombre de couleurs qu’il apprécie particulièrement. Lorsqu’on va l’appliquer sur la plaque de verre, ça va donner quelque chose de factice un peu abstraite. On ne va pas vraiment faire un dessin puis on va voir ce que ça va donner. On va mouiller les couleurs puis l’appliquer sur le support en verre. On va mettre plusieurs touches de couleurs pour obtenir un résultat assez sympa.

 

La prochaine étape consiste à tremper le papier Montval dans une grande bassine remplie d’eau pendant une à deux minutes. Ensuite, on l’applique sur la plaque de verre. En un seul geste, on maroufle la feuille avec un vieux chiffon et non au pinceau. Il est possible de faire bouger le papier pour faire des effets mais dans la démo, on ne va pas le faire. Une fois retournée, la plaque de verre montre un résultat extraordinaire et on voit bien les grains. On procède ensuite à l’enlèvement des poches d’eau restées entre le papier et le verre même si elles sont vivantes. Par rapport au début, l’ensemble commence à fuser. Cette étape nous rappelle les techniques du mix média et celles des résines.

Lors de la dernière étape, on va décoller le papier Montval de la plaque en verre. Au final, le résultat est très beau avec des effets matières superbement colorés. On peut croire que c’est un arc-en-ciel ou n’importe quoi, quelque chose d’imaginaire.

Voilà, on pense que le monotype à l’aquarelle vous ouvre des voies. Vous retrouverez Pierre Debroucker sur son blog Masmoulin et toutes nos activités sur BeauxArts.fr. Merci pour vos encouragements et votre fidélité. A bientôt.