Les vidéos de Fred

Le Zen Tangle, vous en avez déjà entendu parler ?

Publié le : 06/02/2015 23:50:56
Catégories : Techniques Rss feed

Le Zen Tangle, vous en avez déjà entendu parler ? C'est une technique de dessin, de gribouillage, magique, ensorcelante... vous allez voir...

Le Zen Tangle, vous en avez déjà entendu parler ?

Bonjour, vous êtes en compagnie de Fred de BeauxArts.fr et de Cathy. Nous la remercions beaucoup de nous consacrer un moment pour nous parler d’une chose qui nous fascine depuis qu’on en a entendu parler. En se documentant, on sait que ça démarre un peu en France : c’est le Zen Tangle. Même si ces deux mots sont d’origine anglaise, on peut les prononcer à la française.

 

L’origine du Zen Tangle

Le Zen Tangle vient des Etats-Unis. C’est le couple Rick Roberts et Maria Thomas qui a mis ça en place. Ils se sont aperçus que gribouiller – Tangle veut dire gribouiller en passant – faisait du bien, ça apaise l’esprit, ça détend et ça déstresse tout simplement.  C’est comme quand on est au téléphone et qu’on écrit n’importe quoi sur un cahier : l’attention est là avec l’esprit occupé mais la main fait autre chose. Ils en ont fait une espèce d’art abstrait à partir de petits dessins. On a hâte de regarder Cathy à l’œuvre car elle fait des choses magnifiques. On va d’ailleurs faire une petite démonstration de Zen Tangle tout à l’heure.

 

Le principe du Zen Tangle

Il n’y a pas de règles à respecter pour faire du Zen Tangle. Mais pour être vraiment dans le vif du sujet, les créateurs préconisent l’usage d’une feuille ayant un format bien spécifique : du 9 sur 9. On travaille dans des zones bien délimitées c'est-à-dire que dans ce carré, on peut bien tracer des cercles ou d’autres formes et les remplir de petits motifs à répétition, des dessins décoratifs qu’on refait à l’infini.

Surtout, on ne parle pas de Mandala quand on fait du Zen Tangle car ce n’est pas du tout le principe. Néanmoins, ces deux arts peuvent se rejoindre plus tard mais au départ non. Géométriquement parlant, on fait beaucoup plus ce qu’on veut que dans le Mandala. On est tout à fait libre, on se détend en dessinant et on ne cherche pas à obtenir un résultat final précis. On ne réfléchit pas en le pratiquant mais on essaye seulement d’occuper l’espace.

Pour le Zen Tangle, les puristes sont monochromes. Mais on peut exercer sur un fond coloré ou travaillé, sur du papier journal ou sur un peu de tout. Ce n’est pas comme par exemple dans le scrap où il faut un grammage particulier car on peut utiliser n’importe quel papier. On fait ce qu’on veut mais par contre, on devrait utiliser une feuille lisse genre bristol ou un cahier à croquis pour que le feutre puisse bien glisser.

 

Le matériel à utiliser pour le Zen Tangle

On revient au matériel très rapidement sans trop citer les marques parce que ce n’est pas le sujet. Pour faire du Zen Tangle , on a besoin :

-         de feutres pointes calibrées mais on peut démarrer la première fois avec un feutre noir classique ou à l’encre de Chine permanente avec des bouts pointus ;

-         de crayon gris pour pouvoir tracer les contours et faire quelques esquisses que l’on pourra gommer plus tard. On peut aussi s’en servir pour faire des ombres ou encore donner un peu de relief et de volume au dessin. C’est à la fois discret et fin ;

-         d’une estompe ou tortillon. A défaut de cet outil, un coton-tige fera très bien l’affaire ou juste ce qu’on a sous la main ;

-         d’un papier lisse de format 9 x 9 de préférence mais ce n’est pas obligatoire.

Tout ce matériel ne demande pas beaucoup d’investissement. Vous avez envie de vous détendre ? On va faire quelques gros plans et vous allez voir comment faire du Zen Tangle. Cathy va d’ailleurs faire une petite manip pour nous montrer ça en détail.

 

Les gros plans sur le Zen Tangle

Donc là, on a pris un dessin que Cathy avait déjà démarré. Après avoir fait quelques petits ronds à intervalle régulier, on va travailler quelques courbes pour lier les cercles, toujours de la même façon. Donc le principe est simple, on répète un motif qu’on a créé ou qu’on a trouvé sur Internet. On peut faire des recherches en tapant Zen Tangle sur Pinterest ou sur un moteur de recherche pour connaitre un peu plus cette discipline. Pour obtenir des détails sur ses origines et son histoire, on peut se ressourcer auprès de son site officiel qui est zentangle.com. Sur ce dernier, il y a vraiment pas mal de trucs utiles pour démarrer afin de ne pas être « paniqué » ou se dire quel motif je vais utiliser. On y trouve beaucoup de pas à pas, ce qu’on appelle aussi des paternes, une sorte de guide pour nous. Dans notre caméra, la démonstration se déroule très bien, sans aucun tremblement.

Si on dérape en faisant du Zen Tangle ou si on fait une petite erreur, il y a toujours moyen de la rattraper en y ajoutant une note personnelle à la fin. C’est d’ailleurs ce qu’on appelle les embellissements. Ca peut être des petites gouttes d’eau, des points, des petits traits, etc. et on peut tout à fait exploiter le hasard. Dans notre démonstration, c’est magnifique car on voit apparaitre un peu le relief en 3D.

Ici, il y a une ombre qui a été faite au crayon papier et qui est estompée pour faire ressortir un peu les rubans. Ces derniers seront complétés au fur et à mesure. Pour notre touche personnelle, on va réaliser quelques petits traits par ici. Le côté magique du Zen Tangle est qu’on répète tout le temps la même chose et au final, on construit une œuvre sans qu’elle soit réfléchie au départ. Après, quand on aura créé nos motifs par contre, on se dit que celui-là, on le réutiliserait bien plus tard. On est maintenant au cœur de cette vidéo.

Là, on ne travaille pas sur le carré habituel mais sur un cahier de dessin, un élément qui suit Cathy partout. En visualisant les dessins, tout est bien posé et très joli. On a l’impression que c’est le hasard qui a guidé les motifs.

 

Quelques conseils sur le Zen Tangle

Pour ceux qui se demandent si on doit pratiquer le Zen Tangle dans un moment de stress ou plutôt quand on se sent justement bien, on va dire que les deux sont parfaits. On peut le faire à tout moment de la journée et on peut travailler n’importe où : dans une salle d’attente, dans la gare en attendant le train, sur le canapé. Même si vous n’avez rien comme matériel, un cahier et un crayon sont amplement suffisants pour commencer. Chaque motif reste unique mais on peut réutiliser facilement les paternes et les personnaliser de 36 façons différentes.

 

Un tour d’horizon sur les réalisations de Cathy

Alors pour la vidéo, Cathy nous a autorisés à faire un tour d’horizon sur ses œuvres. Ce qu’on aime bien dans le Zen Tangle c’est l’impression d’avoir un dessin posé sur la feuille alors que ça se fait vraiment naturellement. On feuillette un des cahiers de l’artiste qu’elle appelle familièrement « art journal ». Elle a réalisé la couverture en Zen Tangle avec un stylo gel marron. Comme on a dit tout à l’heure, on peut aussi mettre de la couleur dans notre travail mais le noir et blanc laisse toujours un effet magnifique. Quand on regarde de près, on voit que c’est un assemblage de petits motifs simples. On espère que ça va avoir un bon rendu en vidéo.

Là donc, on est sur les paternes qu’on a commencé à travailler tout à l’heure avec différentes formes. On a le motif de base et puis après, on décline comme on veut. On a partout un fond monochrome mais également quelques supports colorés. Même s’il n’y a pas un enchevêtrement, on peut toujours dire qu’on fait du Zen Tangle puisqu’on travaille divers motifs dans une zone délimitée, chaque lettre en est une d’ailleurs. On voit également de petits trésors dans le carnet mais on a besoin de les sortir pour que la caméra puisse bien les filmer. Là, on est sur le format 9 x 9, la taille standard mais voilà, chacun est libre de travailler sur la dimension qu’il souhaite. 

 

Le travail de Cathy est magnifique. En plus, il y a un beau contraste entre les œuvres et ce temps neigeux. Avec le Zen Tangle, on s’imagine au chaud dans notre petit atelier au coin du feu. On est vraiment content car on pensait que cette pratique est beaucoup plus pétrie de conventions et de règles importantes à respecter du fait que le résultat dégage beaucoup de puissance. Or, le Zen Tangle est complètement libre. Ce qu’il faut savoir c’est qu’il est accessible à tous et ça ne coûte pas cher. Le prix du matériel se résume à celui du feutre pointe calibrée mais on peut très bien se contenter d’un feutre classique au départ pour se faire la main. On peut utiliser n’importe quelle feuille mais lisse autant que possible pour que ça glisse bien. C’est faisable mais ça ne se passe pas toujours comme prévu sur les papiers à grains. On peut faire du Zen Tangle en se mettant pieds nus, en pratiquant une bonne respiration ventrale ou en s’asseyant en tailleur sur le canapé. Même les personnes qui ne sont pas artistes dans l’âme et qui ne savent pas dessiner peuvent très bien s’initier à cet art. Il lâche le corps, libère la tension et donne confiance en soi. Merci à Cathy pour cette belle expérience ensemble. Merci aussi à vous tous pour vos encouragements, vos partages et tous vos commentaires. Lancez-vous, faites du Zen Tangle et visualisez divers sites pour vous initier. A très bientôt.