Les vidéos de Fred

Carnet de Balade à l'aquarelle

Publié le : 30/06/2014 07:39:58
Catégories : Aquarelle Rss feed , Techniques Rss feed

Prenez le temps d'une pause avec Evelyne Leroy dans un jardin et suivez le petit groupe qui le temps d'une parès-midi a croqué des petits endroits et recoins avec cette technique toute partiuclière d'Evelyne.

 

 

Retrouvez comme d'habitude le matériel utilisé pendant la vidéo à la fin de cet article en lien directement cliquables, ajoutez ainsi rapidement les produits dont vous avez besoin à votre panier.

Carnet de ballade avec Evelyne Leroy

Bonjour. Je suis Frédéric de BeauxArts.fr et je suis en compagnie de l’aquarelliste Evelyne Leroy. Aujourd’hui, elle va nous faire découvrir des carnets de ballade.

 

Qu’est-ce qu’un carnet de ballade ?

Un carnet de ballade est un bloc qu’on peut avoir partout avec soi en vacances, dans son jardin, en randonnée, en ville, etc. afin qu’on puisse transcrire sur papier simplement et rapidement tout ce qu’on vit à chaque instant. Aujourd’hui, ce sera un carnet de ballade au jardin. On va donc dessiner à l’aquarelle dans le carnet tout ce qu’on voit : une fleur, un objet, un petit coin, une silhouette ou encore autres choses, bref tout ce qu’on a envie de raconter.

Quand on se ballade et en particulier dans le jardin aujourd’hui, on prend note. Vous allez voir, on va faire le tour du propriétaire et comme il fait beau, on en profite. On a de la chance car il y a un groupe qui a réservé et on va l’accompagner à plusieurs reprises pendant le carnet de ballade et puis on fera une synthèse tout à l’heure. Vous allez voir c’est magnifique. C’est une autre manière d’approcher l’aquarelle, tout à fait un autre univers de ce qu’on a pu faire à une époque avec Dominique Coppe. On peut dire que le carnet de ballade est plutôt du croquis aquarelliste. Il est plus ludique car avec lui, on peut se permettre beaucoup de choses et le bloc nous appartient. Ce ne sont pas des œuvres qu’on va exposer ni publier quelque part mais juste un souvenir. Quelque part, dans un petit coin de paradis pendant les vacances, cet endroit qu’on a aimé nous laisse nostalgique. Le carnet de ballade qu’on a réalisé est beaucoup plus précieux que des photos parce qu’on a vécu dans ce lieu, on a senti l’odeur, on a entendu les oiseaux gazouiller. Et quand on le feuillette, on retrouve l’atmosphère et la magie de l’endroit.

 

Le matériel nécessaire pour un carnet de ballade

Pour un carnet de ballade à l’aquarelle, il faut avant tout pouvoir voyager léger. L’idéal est d’avoir un petit sac à dos dans lequel on peut mettre tout son matériel afin de pouvoir l’emmener partout : en randonnée, en ville, en montagne, sur la plage, etc. Il vous faut :

-         un carnet de papier aquarelle à grain fin, torchon ou lisse selon la sensibilité de chacun. Chaque feuille doit faire au moins 300 grammes pour pouvoir vous laisser une liberté de travail ;

-         un pot à eau ;

-         deux pinceaux : grand et petit ;

-         un gobelet. Optez pour le modèle rétractable car il est incassable, stable et ne prend pas beaucoup de place ;

-         une bouteille d’eau en réserve ;

-         une palette. Choisissez une boite de godet pour son côté pratique. Les tubes et les grandes palettes sont à éviter lorsque vous voyagez. Toutefois, vous devez avoir toutes les couleurs que vous aimez ou que vous avez l’habitude d’utiliser pour ne pas être perdu pendant le travail ;

-         un chiffon pour étancher les pinceaux ;

-         un mouchoir en papier, c’est toujours utile ;

-         un crayon bois et une porte mine ;

-         une gomme ;

-         une éponge pour effectuer quelques effets tels que le fusage ;

-         une pince classique ou une pince à linge pour éviter que le papier vole quand il y a du vent ;

-         un drawing gum si vous voulez faire l’écume de la mer par exemple.

Pour les petits outils comme le bistouri, la brosse à dent, etc. on peut les ranger dans une petite trousse.

 

La réalisation du carnet de ballade à l’aquarelle

En posant les premières couleurs, on a réalisé une sorte de fond un peu flou qu’on va venir sculpter. Certaines personnes dans le groupe étaient un peu gênées avec les feuillages et ont choisi de peindre les feuilles claires en premier avant d’entamer les foncées. Le plus simple aurait été de les poser en unités puis de les sculpter avec les couleurs sombres. Pour casser le vert lorsqu’il est trop prononcé, on peut rajouter du rouge. Pour insérer la couleur foncée dans le carnet de ballade, il faut revenir à la base des plantes et repasser sur l’ensemble afin de faire ressortir la lumière. Il faut tout d’abord effectuer un premier passage en promenant le pinceau puis après, on peut suggérer un petit peu de feuilles. Cette étape nous a permis de dessiner les plantes du second plan. Et si je redessine des petites feuilles maintenant, le paysage est formé. C’est pareil pour les fleurs. Tout à l’heure, on a posé des couleurs de façon peu arbitraire et maintenant, on va y revenir pour les sculpter.

Le carnet de ballade est une philosophie où il faut beaucoup de lâcher prise. On va poser des ombres pour faire ressortir les couleurs claires et on essaye de varier les teintes. On s’occupe un peu moins des endroits les plus éloignés. Il n’y a pas de règle pour le résultat final, on peut s’arrêter quand on veut. Certains détails sont trop importants pour qu’on puisse s’en passer. Si on décide de surligner le dessin à l’encre, on travaille moins sur l’aquarelle. Pour cette terrasse, on a mis un peu de terre de sienne, de bleu et de rouge pour obtenir un gris brun.

Merci à Evelyne pour ce carnet de ballade car la magie a encore opéré. C’est comme d’habitude, il y a cette espèce d’aura qui fait qu’on croque chaque instant passé dans le jardin. Mais ce n’est pas uniquement dans cet endroit, c’est partout où on a envie d’aller : en ville, dans le train, sur la plage, etc. L’intérêt du carnet de voyage  c’est de pouvoir se faire plaisir et de raconter plus tard. C’était d’ailleurs le moyen de transmission des grands voyageurs d’autrefois. Quand on tourne la page, on revit les instants qu’on a vécus. C’est une activité ludique car il y a moins de pression. On peut détourner les objets à notre façon dans le carnet de voyage puisque tout est permis, l’essentiel est avant tout de se faire plaisir.

Merci à tout le monde. Retrouvez les coordonnées d’Evelyne Leroy et le matériel nécessaire pour le carnet de ballade à l’aquarelle sur BeauxArts.fr. A bientôt.