Aquarelle Japonaise

L'aquarelle japonaise Gansai Tambi a été créée au Japon en 1902 par la maison Kuretake. Depuis, l'entreprise a conservé son processus de fabrication et respecte toujours les méthodes traditionnelles japonaises. Même s’il demeure des secrets de réalisation, il est connu que Gansai Tambi est une combinaison de pigments, de liant et de colle. Mais contrairement aux aquarelles et gouaches françaises (qui utilisent principalement de la gomme arabique), son liant est issu d'un mélange d'amidon, d’argile, de cire, de gomme arabique, de miel, de sucre et de gélatine. Cette association rend cette aquarelle unique ! Par exemple, le miel va donner de la transparence aux coloris et il permet aux pigments d'adhérer sur le papier.

C'est grâce à la spécificité de son liant que cette aquarelle traditionnelle japonaise a un joli fini brillant. Ce n'est pas le cas de la gouache ou de l'aquarelle classique qui a un rendu mat.  L'opacité de Gansai Tambi est également remarquable : ses couleurs restent denses et particulièrement pigmentées pour une peinture à l'eau. Le résultat est lumineux et joyeux, même après séchage.  De plus, ses teintes sont vives, intenses et très variées. Les palettes offrent les mêmes godets que ceux utilisés dans l'art traditionnel japonais (où la nature et les paysages étaient souvent représentés). C'est pourquoi vous retrouverez beaucoup de nuances de vert et de bleu dans les coffrets.

Comment choisir votre aquarelle japonaise?

L'aquarelle traditionnelle japonaise est un produit très polyvalent : il conviendra aussi bien aux artistes professionnels qu'aux novices. Il est idéal pour faire de la calligraphie, des illustrations, des esquisses, du sumi-e, et évidemment en tant qu'aquarelle classique. Cette peinture s'applique en couches fines. Par conséquent, son temps de séchage est agréablement court. Comme nous l’avons dit, elle est déjà très pigmentée, mais si vous voulez encore plus d'opacité, il peut être intéressant d'utiliser de la gouache en complément.  Enfin, cette peinture d'aquarelle japonaise n'est pas résistante à l'eau une fois sèche. Dès lors, elle se diluera à nouveau à son contact. Ainsi, pour pratiquer le "couche à couche" (ou glacis) évitez de trop mouiller votre pinceau.

Vous avez le choix entre plusieurs palettes. Elles offrent des gammes de couleurs différentes.

  • Couleurs présentent dans la palette de 12 godets : blanc, noir, rouge vif, rouge, bordeaux, jaune citron, ocre jaune, brun clair, vert moyen, vert émeraude, bleu, bleu profond.
  • Couleurs présentent dans la palette de 18 godets : blanc, noir, rouge vif, rouge, rose foncé, bordeaux, violet, jaune citron, ocre jaune, brun clair, vert printemps, vert océan, vert moyen, vert émeraude, bleuet, bleu de cobalt, bleu, bleu profond.
  • Couleurs présentent dans la palette de 24 godets  : les 12 couleurs du premier coffret et 12 couleurs supplémentaires : jaune moyen, rose foncé, pourpre, bleuet, bleu cobalt, turquoise clair, vert turquoise, vert océan, vert printemps, vert olive, sempervirens, brun foncé.
  • Couleurs présentent dans la palette de 36 godets : blanc, jaune citron, jaune clair, orange, rouge cadmium, rouge vif, rouge, Bordeaux, rouge carmin, rose intense, violet intense, violet menthol, bleu, bleu intense, bleu persan, vert moyen, vert, brun, brun clair, noir, jaune moyen, rose foncé, pourpre, bleuet, bleu cobalt, turquoise clair, vert turquoise, vert océan, vert printemps, vert olive, sempervirens, brun foncé, vert de Marne, or, or rouge et argent.

Comment utiliser l'aquarelle japonaise?

Pour un rendu optimal, procédez comme suit:

  • Créez des réserves : vous obtiendrez alors un résultat harmonieux et équilibré. Cela évitera aussi que votre aquarelle ne soit trop saturée. Ainsi, pour isoler des zones à ne pas peindre et laisser le support visible à certains endroits, vous pouvez appliquer de la gomme à masquer (ou drawing gum).
  • Utilisez des pinceaux appropriés : les godets des palettes sont volontairement grands, car ils sont adaptés à la grosseur des pinceaux japonais. De manière générale, privilégiez des outils tels que les petits-gris montés sur des plumes d'oie, ou des pinceaux en poils de martre : ils stockent naturellement l'eau nécessaire à l'application de la matière. Leurs formes vont également vous permettre de faire à la fois un trait épais (en exerçant une légère pression) ou très fin (en vous servant de la pointe du pinceau).
  • Choisissez le bon support : au-delà du papier japonais, qui est parfaitement adapté à la peinture à eau, il est important de travailler sur un produit 100 % coton, afin que les pigments y adhèrent bien. Les matières entièrement composées de cellulose ne sont pas appropriées à cet art, car la couleur aura du mal à pénétrer dans la fibre. 
    L'application couche à couche (ou la technique du glaçage) est aisément réalisable sur le papier japonais. En effet, celui-ci absorbera le liant et il sera alors plus facile de lever la surface sèche. De plus, le support utilisé devra être blanc afin de conserver l'éclat des pigments. 
    Enfin, n'oubliez pas que l'aquarelle est une peinture à l'eau. Il est donc important que le papier ne se gondole pas avec l'humidité (utilisez par exemple des blocs de papier aquarelle).
  • Bien travailler l'aquarelle japonaise : il est très facile de lever la couleur à l'aide d'un pinceau humide. Les teintes sont très vite activées, même quand la matière apparaît sèche et craquelée dans le godet. Il faut jouer sur la transparence de celles-ci en travaillant leurs superpositions, en commençant toujours du coloris le plus clair au coloris le plus sombre.

Lire la suite

Il y a 4 produits.

Affichage 1-4 de 4 article(s)

Filtres actifs