Calames

Le calame est d'abord un outil d'écriture utilisé depuis de nombreux siècles et encore aujourd'hui, surtout par les calligraphes des pays arabes. D'abord utilisé comme un instrument permettant la gravure sur des pièces et des tablettes d'argile, son utilisation avec de l'encre est plus récente et à l'origine de l'écriture à l'aide de plumes. Traditionnellement, le calame est taillé dans un roseau préalablement séché. Aujourd'hui, d'autres matières entrent dans la fabrication des calames comme le bambou.

Quelles sont les propriétés du calame ?

Les calames apportent à l'écriture la possibilité de tracés à la fois fins et précis comme des largeurs plus importantes grâce à la largeur de leur bec. Le calame permet donc une grande variété des traits et des nuances plus ou moins prononcées dans les dégradés. Ces outils autorisent l'emploi d'encres de différents types comme la gouachel'acrylique ou les encres pigmentées.

Les calames fabriqués à partir de roseaux et plus communément de cannes de Provence sont légers et d'une grande tendresse garantissant une extraordinaire douceur à la touche. Afin d'apporter un maximum de souplesse, le calame est en règle générale fendu dans la longueur. Cette pratique est indispensable car du fait de la grande dureté du matériau naturel, le calame ne s'assouplirait jamais avec le temps. Certains calames sont confectionnés à l'aide de bambous jaunes qui procurent une très grande dureté à l'ensemble de l'outil. Ces calames sont souvent plébiscités par les débutants ou les enfants devant leur grande résistance.

Enfin, le bambou noir séduit particulièrement les artistes qui apportent de l'importance au design car l'aspect et la couleur en fond un objet élégant. La dureté du bambou noir est d'un degré intermédiaire par rapport au bambou jaune.

Comment doit-on utiliser le calame ?

Un calame s'utilise un peu à la manière d'un porte plume et d'un encrier. Cet outil issu d'un élément naturel ne présente pas, de par sa ,nature, de réservoir. Il est donc nécessaire de tremper régulièrement la pointe du calame dans l'encre choisie.

Il existe plusieurs angles de coupe du calame en fonction du rendu recherché des traits. Au cours de son utilisation, un calame doit être taillé car la pointe finit par s'user. Lors de la taille, il est possible de lui donner un angle de biseau différent en fonction de vos attentes et de la technique employée. Même si la principale utilisation d'un calame réside plutôt dans la réalisation d'œuvres calligraphiques de tous types, cet outil peut être utilisé pour un dessin ou un tableau sur support toilé. Le calame peut être utilisé avec de la peinture aquarelle diluée ou avec des encres résistantes à l'eau comme l'acrylique.

Il est préférable d'utiliser le calame sur du papier sec car au contact d'une trop grande humidité du support il arrive de rayer le papier. Certaines encres telles que l'encre de Chine se révèlent totalement lorsqu'elles sont appliquées avec un calame. Les dessins au calame et à l'encre de chine procurent des effets de traits très particuliers et d'une grande délicatesse. L'alliance de l'encre de Chine avec cet outil procure une grande liberté de créativité à l'artiste.

Le brou de noix, fabriqué à partir de l'écale de la noix, fait de plus en plus d'adepte pour qui veut dessiner ou peindre avec un calame. Le produit séduit par sa couleur pourpre tirant sur le marron et les nuances qui donnent un effet sépia aux toiles. Appliqué avec le calame, cette matière permet d'étirer les dégradés et de jouer avec les nuances de couleurs et les ombrages.

Quels supports pour le dessin ou l'écriture au calame ?

A l'origine, la dureté du calame permettait de graver plus que d'écrire. Il servait à inscrire sur des tablettes en argile souple des textes et des écrits divers. Même si les techniques et l'utilisation du calame ont progressé, il n'en reste pas moins que l'outil demeure assez rude et la souplesse des fentes exercées sur lui est toute relative. Il est donc primordial de choisir un support qui accepte la rigidité de l'application par un calame et qui s'adapte également à votre manière de peindre et du degré de souplesse de votre main.

Pour les débutants, il est donc recommandé de commencer par un papier offrant un grain soutenu. Au fur et à mesure de votre perfectionnement, il est possible de prévoir de réduire la densité du support pour parvenir à des ouvres plus aériennes et tout en subtilité. A noter que le calame permet également de réaliser des œuvres plus personnalisées comme de la peinture sur des matières denses comme la pierre, l'ivoire ou le bois.

Comment nettoyer votre calame ?

Il est important de garder à l'esprit qu'un calame est fabriqué à partir d'une matière naturelle. Il est donc recommandé de ne pas nettoyer cet outil avec de l'eau qui pourrait, à terme, venir déstructurer les fibres végétales du calame et lui faire perdre de ses propriétés. Pour l'entretien de votre calame, préférez l'utilisation d'un simple chiffon sec que vous passer minutieusement sur la pointe et sur les parties qui restent encrées après usage. Au fur et à mesure son utilisation, le calame a besoin d'être retaillé car la pointe finit par s'abîmer et d'autant plus rapidement que vous avez le geste lourd ou en fonction du support que vous aurez utilisé. Pour procéder à sa taille, utilisez un cutter ou une paire de ciseaux qui vont vous permettre d'effectuer une coupe précise et dans l'angle qui vous convient. Un calame qui a besoin d'une taille est facilement reconnaissable par sa pointe qui s'arrondit. La forme de la taille va dépendre de l'application que vous voulez en faire. Pour des traits larges il conviendra de lui faire une coupe plate et pour des traits plus fins et précis une coupe en pointe sera indispensable. Chaque calame est unique et généralement taillé pour correspondre parfaitement à la main de son utilisateur et apporter le plus d'aisance possible au geste et à la technique.

Lire la suite

Il y a 2 produits.

Affichage 1-2 de 2 article(s)